De l'autre côté du miroir

Publié le par ann

Tu marches dans la rue, tu penses aux "vieux "qui te répètent sans cesse que l'âge que tu as est le plus beau de la vie et que tu regretteras cette époque avec nostalgie quand tu seras grande.

Tu es jeune, naïve, gaie, une très bonne élève, tu fais confiance aux adultes, tu n'as pas conscience du mal, du doute, de la honte. De la vie, tu ne connais que le plus beau.

Tu marches dans la rue comme tu marches dans la vie, tu marches avec légèreté et insouscience.

Tu es heureuse et tu trouves que la vie est jolie.

Lui marche aussi, mais d'un autre pas, beaucoup moins léger et surtout moins innocent . Il marche avec le pas de l'habitude.

Son chemin va croiser le tien, vous ferez un petit bout de route ensemble, elle te paraitra durer une éternité, puis vous partirez chacun de votre côté.

Ton chemin ensuite, sera dur et angoissant, il t'inspirera le dégout et la culpabilité. Il te fera découvrir ce que ton jeune âge n'a pas à savoir et qu'il ne devrait jamais connaitre.

Son chemin à lui sera le même que celui qu'il suivait avant de te croiser, l'expérience ou l'habitude, c'est ce qui fait toute la différence.

Tu marches et tu es seule. Tu ne devais pas être ici ce jour là. Tu as joué , tu as perdu et tu vas devoir payé le prix de ton imprudence pendant de très longues années. Ta mère t'avait bien dit qu'il ne fallait pas parler aux inconnus. Mais ce qu'elle aurait dû te dire, c'est qu'il ne fallait pas plus suivre les gens que tu connaissais...

C'est pas de chance pour toi, que peux tu dire pour te défendre ? Que peux tu faire au fond de cette cave? Personne ne sais que tu es là puisque tu devais être ailleurs. Alors tu dois t'executer ou laisser faire. Finalement tu feras les deux. On a toujours le choix parait il. Alors pourquoi ne choisis tu pas? Pourquoi n'essayes tu pas de te sauver?
Tu as peur? Sauve toi si tu as peur, tu as juste les vingt marches à monter , à pousser la grosse porte en bois, longer le grand couloir, pousser une autre porte et tu seras dehors.
Ben vas-y, cours !

Tu te doutais une fois arrivée dans la cave de ce qui allait suivre. Pourtant, tu es restée, tu n'as pas tenté de te sortir de ce mauvais pas. A quoi ça sert qu'on te raconte des contes de fées le soir avant d'aller dormir si tu n'en tire même pas une leçon.

Alors ce qui est arrivé est de ta faute.

Des années après, tu marches dans la rue, ton pas est lourd et te retarde, tu portes avec difficultés ce trop lourd secret sur tes frêles épaules. Tu es devenue adulte parce que tu sais maintenant qu'il ne faut pas faire confiance, même aux gens que tu connais.Tu as perdu ta joie de vivre, ta naiveté, ton sourire. Tu ne fais plus jamais confiance. Tu ne te fais même plus confiance à toi. Tu connais la peur. Tu connais la honte. Tu connais la culpabilité.

Parfois, vos chemins se recroisent. Tu sais pourtant qu'il ne se passera rien. Tu es grande maintenant. Toi aussi tu as de l'expérience,  même si la tienne est à l'opposé de la sienne, ça reste quand même de l'expérience. Tu hésites à faire demi-tour, mais tu avances en baissant les yeux en arrivant à sa hauteur. Il ne te parle pas. Tu sens son regard qui te fixe. Tu sens son regard qui ne faiblit pas.

Des années et des années après, tu marches dans la rue, seule, tu dois faire 10 pas pendant que d'autres en font un pour être au même endroit, mais tu avances. Tu croises son chemin. Il te regarde. Il sait que tu n'as jamais parlé de la cave. Il sait parce que ce genre de personnage agit toujours de la même façon. Les gens comme toi agissent aussi toujours de cette façon. Ils ne révèlent jamais le secret. Il sait ça aussi.

Pourtant, ce jour là, tu vas continuer ton chemin. Tu arriveras à sa hauteur, et au lieu de baisser les yeux, tu vas le fixer et soutenir son regard et tu ne cesseras que lorsque ses yeux chercheront la fuite.

L'instant d'après, tu prendras un autre chemin.Le prochain pas que tu vas faire sera un des plus grand de ton existence. C'est le premier pas le plus dur, puis un autre pas suivra et beaucoup d'autres qui te sembleront aussi dur que le premier. En réflechissant bien, tu te diras que c'est pas le premier pas le plus difficile, le plus difficile c'est tous ces pas qui devront suivre le premier. 
Il te faudra réapprendre à marcher. 
C'est pas vrai ce qu'on dit. Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. Ce qui ne nous tue pas laisse une profonde cicatrice , nous affaiblit. Il suffit parfois de si peu pour faire rejaillir le pue de la blessure.

C'est ça qui est vrai. Tu le sais, parce que c'est ton expérience qui parle.

Tu marches dans la rue, elle marche dans la rue, tu croises son regard,elle est jeune,tu as envie de lui dire qu'elle est au plus bel âge de la vie et qu'elle regrettera cette époque quand elle sera grande, tu lui souries, elle te sourit à son tour, tu baisses les yeux et tu ne dis rien. Rien sur le plus bel âge de la vie. Rien sur le reste. 





Publié dans divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ann 04/08/2007 12:40

OKEN: finalement, pinku a peut être trouvé le bon moyen. Pas besoin de classe parfois.ENROEL: tu en croiseras peut-être un autre, il y en a beaucoup sur cette terre.

Enroël 03/08/2007 01:46

Je suis gentil mais il a de la chance de ne pas m'avoir croisé...

Oken 02/08/2007 22:01

Pas très classe Pinku, mais l'efficacité vaut bien une petite entorse :D

pinku 02/08/2007 18:17

Pour revenir a l'idee d'Oken. Si t'es trop pitite c encore mieux... Tu autes et hop Tu lui mets un coup de boule dans les roupignolles!!PINKU!!

ann 02/08/2007 19:38

C'est un bon conseil.

Marilor:0125: 02/08/2007 18:04

ça me rappelle un passage de mon existence...de tout couer avec toi..biz=)

ann 02/08/2007 18:06

Le problème est bien là, c'est que ça rappelle des souvenirs à beaucoup trop de gens... et que dans 10 ans, il y aura toujours des gens qui auront ce genre de souvenirs.